Attention, une nouvelle espèce débarque, et avec elle des équipements pour le moins étonnants

Par Maëlle Campagnoli

Imaginés par le duo de designers nantais Faltazi, compost-jardin public, serres-tunnel pour « déambulation maraîchère et buccolique » (dixit les designers), poulaillers ou ruches de rond-point et fermes d’urgence fonctionnant grâce à des modules éoliens s’installent dans l’espace public. Plus sérieusement, ces dispositifs « urbagricoles », sont autant de propositions pour renouer avec une production locale, biologique et de saison aux abords des villes. Et comme cette question ne peut-être posée sans celle, corollaire, du plaisir, il s’agit aussi de développer un lien fort et complice entre mangeurs et producteurs. Sous-titrée « Un système circulaire, local et résilient pour alimenter la ville », l’exposition à la galerie Le Sommer propose ainsi aux visiteurs une ballade à travers Nantes, devenue ferme urbaine et nourricière, surmontant durablement, mais joyeusement, les crises climatiques, énergétiques et alimentaires. Parce qu’au fond les ekovores, c’est un peu nous. non ?