Nantes: La «ville verte» en prototype / 20 minutes

Environnement – Deux designers nantais ont imaginé des équipements pour produire local et bio…

Les «quartiers fermiers» sont prêts à sortir de terre. Fondateurs de l’agence de design industriel Faltazi, Victor Massip et Laurent Lebot ont en effet imaginé un ensemble cohérent de dix-neuf équipements publics, pour que les villes renouent «avec une production alimentaire locale, biologique et de saison». Leur projet n’est pas complètement utopique : présentés le 8 septembre à Jean-Marc Ayrault, certains modules pourraient être testés par la «capitale verte européenne» de 2013. 20Minutes vous en présente quelques-uns.

Des «ruches de ville». Plantées au cœur des ronds-points, des ruches sur pilotis accueilleraient les abeilles menacées par les pesticides à la campagne. Leur nectar serait conditionné dans des «mielleries» de quartier, et revendu sur les marchés locaux.

Des «barges-marchés». Des barges achemineraient les denrées des terres agricoles qui bordent l’Erdre. A quai, elles s’assembleraient pour former des «marchés flottants», sur lesquels les clients déambuleraient. Fini, le ballet des camionnettes de livraison! Une fois vides, ces mêmes barges pourraient charger des containers de compost.

Des «toilettes sèches publiques». Pour «valoriser les déjections humaines en fertilisants», des toilettes sèches publiques seraient installées en ville. Des convoyeurs seraient chargés de la collecte de ce «nouvel or noir».

Des «poulaillers urbains». Pour transformer en œufs frais les restes de repas jetés par les cantines, les restaurants ou les particuliers, des «poulaillers urbains» ont été imaginés par les deux designers nantais. L’été, ces équipements pourraient assurer le gardiennage des poules des habitants partis en vacances.

Des «réservoirs de façade». Des «stockeurs d’eaux pluviales» pourraient être boulonnés au sol et aux murs des immeubles, à la place des actuelles gouttières. Ils permettraient de «limiter l’afflux d’eau dans les stations d’épuration en cas d’orage» et surtout «d’offrir de l’eau gratuite pour les jardins du quartier et le nettoyage des rues» aux agents municipaux, font remarquer Victor Massip et Laurent Lebot.

 Guillaume Frouin

 

Ekovores

Les deux designers nantais ont baptisé leur projet «Les Ekovores», du nom qu’ils donnent aux «habitants curieux et débrouillards qui inventent des solutions technico-pratiques locales pour réaliser leur idéal alimentaire». Ils avaient déjà imaginé en février 2010 une «cuisine intégrée écologique», baptisée «Ekokook». Celle-ci est notamment équipée d’un «lombricomposteur», où des vers de terre mangent les épluchures de fruits et de légumes mais aucun cuisiniste ne leur a donné, pour le moment, de suite favorable.

Pas de réponses à “Nantes: La «ville verte» en prototype / 20 minutes”

Rétroliens

  1. Témoignage : Nantes, la «ville verte» en prototype / 20 minutes | Le Lombricompostage - [...] de fruits et de légumes mais aucun cuisiniste ne leur a donné, pour le moment, de suite favorable.Via www.faltazi.com…
  2. Lombricompost/lombricompostage/vers de compost - Pearltrees - [...] Une fois vides, ces mêmes barges pourraient charger des containers de compost. Nantes: La «ville verte» en prototype /…