Un amour de poupoule ! / Paris Match / Août 2012

Elles font leur retour en force dans le cœur des Français. Leurs ventes flambent dans les jardineries et les constructeurs de poulaillers n’arrivent plus à répondre à la demande. Sans parler des ouvrages spécialisés dont les tirages explosent. Une réaction à la déshumanisation ambiante ? Une riposte à l’agriculture industrielle ? Un besoin urgent de voir la vie en vert ?

A Nantes, les designers d’Ekovores, Laurent Lebot et Victor Massip, inquiets de notre agriculture folle, obtenue par des pesticides et loin de notre lieu de vie (des « pétro-légumes »), ont imaginé des équipements pour renouer avec une production alimentaire locale, biologique et de saison. Entre autres idées,l’aménagement d’immenses poulaillers sur divers terrains de la ville, où les poules seront aussi nourries avec les déchets organiques des habitants, collectés par des « pères poules ». En échange de quelques œufs. De quoi séduire Jean-Marc Ayrault: sa ville sera Capitale verte européenne en 2013.

Elles font leur retour en force dans le cœur des Français. Leurs ventes flambent dans les jardineries et les constructeurs de poulaillers n’arrivent plus à répondre à la demande. Sans parler des ouvrages spécialisés dont les tirages explosent. Une réaction à la déshumanisation ambiante ? Une riposte à l’agriculture industrielle ? Un besoin urgent de voir la vie en vert ?

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>